HOME       ABOUT OUR WORK       OUR BLOGS

Friday, 16 March 2018

A baana

The end / La fin



During the last few weeks our team has continued with the IT lessons, English lessons, sports coaching and awareness raising in local secondary schools. For example, recently in Relève secondary school we did two awareness raising sessions on the themes of sexual health and active citizenship and we managed to reach 89 students. It did not go as smoothly as expected, but with some quick thinking on our feet we managed to resolve the issue of having no electricity by making the session more interactive and focussing more on answering the questions that they posed. This was made easier by the fact that the students were very engaged and had plenty of questions to ask which convinced us that the messages had been delivered well. The awareness raising was focused on nutrition and hygiene, active citizenship and sexual health, themes which the students had themselves asked for. Overall we felt the session was very successful.
Pendant ces dernières semaines restantes notre équipe a continué dans le cadre des cours d’informatique, d’anglais, de sport et de sensibilisations dans les collèges et lycées locaux. C’est ainsi que nous avions pu mener des séances de sensibilisation dans le collège la Relève le vingt-huit février et le premier mars sur les thèmes de la santé sexuelle et l’incivisme dont nous avons pu atteindre 89 élèves. Précisément dans ce collège, Tout ne s’est pas passé comme prévu, le début de la séance n’était pas du tout facile à cause du manque d’électricité pour la projection des images.  Mais grâce à une réflexion rapide nous avons pu nous adapter. Nous avons réussi à résoudre ce problème en rendant la séance plus interactive et en se focalisant plus sur les questions-réponses qui les intéressaient. Par exemple nous avons posé la question suivante : quelles sont les maladies liées à une mauvaise hygiène ? Ils ont répondus avec enthousiasme.  Cela a plus facilité la séance du fait que les élèves étaient très engagés et ont posé beaucoup de questions, ce qui nous convainc que notre message a été bien véhiculé. La sensibilisation était focalisée sur la nutrition et l’hygiène, l’incivisme et la santé sexuelle, des thématiques que les élèves ont eux-mêmes demandés. Ensemble la séance s’est très bien déroulée.

Awareness raising

After our different awareness raising activities in the secondary schools and the community of Loumbila, we were approached by staff members of Lycée Départemental de Loumbila to participate in their cultural day. So together with the student council we planned to project a film on unplanned pregnancies. We also organised a performance by the student theatre group on the themes of forced marriage and female genital mutilation. We led a question and answer session with the students who were all attentive and interested in these topics. We were able to reach approximately 350 students. The main challenge of this day (15 March) was the repetitive power cuts, but we quickly resolved this problem by hiring a generator to enable the day to continue smoothly.
Après nos différentes activités de sensibilisations dans les collèges et la communauté de Loumbila, et suite à notre projection du film relatif aux grossesses non désirés sur le terrain de Nomgana, nous avions été approchés par les membres du bureau du lycée Départemental de Loumbila pour les accompagner pendant leur journée traditionnelle. De ce fait nous avions planifiez ensemble avec le bureau des élèves de projeter un film sur les grossesses non désirés ainsi que de faire passer des pièces théâtres qui évoquaient entre autre des thèmes tels que : les mariages forcés, l’excision, et les mutilations génitales. Durant le jour J, Nous avions pu réaliser tout ce que nous avons planifié faire, et couronné le tout par des échanges questions-réponses avec les élèves qui étaient toujours attentionnés et intéressés par  ces thèmes. Nous avions pu atteindre approximativement 350 élèves. Comme défis majeur de cette journée du 15 Mars tout ne s’est pas bien passé, en effet la journée fut longue et nous avons été interrompus par une coupure de courant pendant un long temps, mais nous avions vite résolu ce problème en louant un groupe électrogène pour la bonne continuité de la journée. Nous souhaitons que cette sensibilisation puisse rester gravé dans la mémoire des élèves, et que les leçons apprises puisse les aider à continuer leurs études dans la tranquillité. 

 
Theatre group
Concerning inclusive participation in sport for all, we recognised the lack of opportunity for girls to practice football. So our team, with support of a female PE teacher Mme Bissiandé, organised training sessions for a female football team at Lycée Departmental de Loumbila. Twice a week over 20 15 and 16 year old girls from Departmental are taught the basic passing and dribbling skills, led by our volunteers Aaron and Odilon. We always finish the session with a mini tournament which seems to be greatly enjoyed, judging by the laughter, cheers and rogue passes from the girls. Even though we were only able to deliver a few sessions, we believe that they were able improve their performance and we hope that they can continue in this.

Dans le souci de l’épanouissement du sport pour tous, et de satisfaire le besoin qui se faisait sentir, à savoir former les jeunes filles sur le plan sportif,  notre équipe avec le soutien d’un professeur d’Education Physique et Sportive Mme Bissiandé, avions planifié ensemble des séances d’entrainement d’une  équipe de football féminine au Lycée Départemental de Loumbila. Deux fois par semaine nous avons appris à plus de vingt élèves dont l’âge est compris entre quinze et seize ans du lycée Départemental, des compétences fondamentales comme faire une passe et dribbler avec le ballon, ces séances ont été dirigées par Aaron et Odilon. A chaque séance, nous avons  fini par un petit tournoi et nous avons remarqué qu’elles s’amusaient bien de par leur rire, leurs exclamations et leurs passes maladroites. Même si nous avons pu organiser quelques séances, nous croyons que celles-ci ont pu améliorer leur performance et nous souhaitons qu’elles puissent continuer dans ce même élan de progrès.  
 
Girls sport

L’association Manegdbzanga avec laquelle nous nous sommes familiarisés est aussi une structure qui s’intéresse à la transformation et la vente des produits bio. En effet, la boutique AML regorge des produits tels que du savon à base de l’huile de neem, des pommades, piments du moringa et poudre de moringa. C’est dans ce sens que le staff de AM, notamment la section boutique (dont la responsable est Mme Christine) a bien voulu apprendre à toute l’équipe  comment fabriquer du savon à base de l’huile de Neem et de beurre de karité. Bien que ce fût un jour de repos, nous étions tous présents, prêts à acquérir ce précieux savoir. Pour ce faire, nous avions eu besoin de trois litres d’huile de Neem et trois litres d’huile de beurre de karité,  du bicarbonate de soude, de l’acide et du silicate. Pour la fabrication nous avions d’abord laissé au repos la poudre de carbonate de soude pendant 24 heures. Le jour suivant, nous avons fait fondre le beurre de karité et après refroidissement nous avons ajoute l’huile de Neem. On mélange le tout et après on ajoute la poudre du carbonate de soude plus le silicate. Le mélange est malaxé, le résultat du produit obtenu est mis dans des moules ou bols en plastique. On laisse le nouveau savon obtenu au repos pendant deux ou trois jours avant de les démouler. Nous étions tous contents d’avoir formé la communauté et très reconnaissant d’avoir acquis  de nouvelles compétences du Staff. Nous espérons faire bon usage de ce précieux savoir et le partager autours de notre communauté.
The Manegdbzanga association with which we are working is also an organisation which produces and sells organic products. In fact, the AML boutique is full of products such as neem oil based soap, ointments, nozinga spices and nouimgua spices. The AML staff, notably Mme Christine (the manager of the AML boutique) were keen to teach us how to make neem oil based soap. Even though it was a rest day, we were all there, ready to learn the technique. We needed three litres of neem oil, some bicarbonate of soda, three litres of shea butter and some silicon. To make the soap we first left the bicarbonate of soda powder for 24 hours. On the day we melted the shea butter and after it cooled we added the neem oil. It was mixed together and then we added the liquid bicarbonate of soda then the carbonate. After this was mixed, we put the finished product into the plastic moulds. They were left for two or three days before the soap could be removed. We were all very grateful for the opportunity and we hope to make good use of what we learned and to be able to pass on these skills.
Soap making


This blog was brought to you by Helena Watson and Odilon Kabré.

Ce travail a été réalisé par Helena Watson et Odilon Kabré.

Friday, 9 March 2018

Celebrating International Women's Day/la fete de la Journee International de la Femme 08/03/2018 #Press for progress


Le blog d’aujourd’hui vous est présenté par les volontaires britanniques et Burkinabès de l’équipe de Loumbila.
The blog of today is presented by British and Burkinabe volunteers.


La femme depuis des années a été traitée de tous les noms : être faible, dominante, abusive, et émotive. Cette connotation négative qui s’est perpétrée de génération en génération a précipiter la femme au plus bas niveau de l’échelle de nos sociétés. Il est vrai que certains pays comme les UK et les pays développés sont arrivés à renverser la tendance a un certain moment de leur histoire, mais ceci reste toujours un idéal que les pays comme le Burkina Faso cherchent toujours à atteindre. A la quête de cette indépendance vis-à-vis des hommes les femmes ont créé leur journée internationale dénommée 8 Mars pour réclamer haut et fort leur autonomisation, l’amélioration de leur condition de vie et leur participation active à la gouvernance. Cette année les femmes du Burkina Faso ont décidé de méditer sur ce thème : « Participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives ».

Across the world, women face many challenges both in developed and developing countries. Although these challenges may differ greatly, International Women’s Day (IWD) on the 8th March is an opportunity to consider what action individuals and governments might take to address them. Both the UK and Burkina Faso are taking their own steps towards achieving gender equality in their countries. In Burkina Faso, where only 11% of government positions are held by women, the theme for IWD is “participation in governance: the current situation, the challenges and prospects.” Likewise, with a percentage of only 32%, the UK has its own way to go to achieve equality in government.

British and Burkinabe volunteers in IWD fabric


Il y a des différences dans la façon dont les britanniques célèbrent la journée internationale de la femme  comparativement au Burkinabè. Au Burkina il semble qu’il y a une discussion à propos des droits des femmes et une grande fête célébrée par tout le pays. Aux Royaumes Unis et dans les autres pays Européens, la journée internationale de la femme est beaucoup focalisée sur les manifestations et comme un jour ou il faut exercer une pression politique, plutôt qu’un jour de célébration. La similitude réside dans le fait que c’est un jour où les gens peuvent discuter des problèmes et des expérience négatives des femmes dans la société, par exemples les campagnes dans les réseaux sociaux comme les #Metoo and #Time’s up.

There are big differences between the celebration of International Women’s day in the UK in comparison to Burkina Faso. In Burkina the day is a national holiday and there seems to be almost a national conversation about women’s rights and a very big party celebrated by everyone in the country. People dress up in outfits made from fabric designed specifically for the day, and some of the volunteers got our own outfits made. In UK and other western countries, International Women’s day takes more of a political role, with the focus on a chance to address and discuss some of the issues women face in society like recent #Metoo and #Timesup movements. The celebration element is reserved for discounts on women’s clothes from high street shops, social media posts of appreciation for women and perhaps cake in the office.


La question que nous souhaitons nous poser est de savoir si elles ont effectivement besoins de cette franchise de la domination des hommes, qui sont généralement ceux qui occupent les plus hautes responsabilités dans la société. L’Egalite entre hommes et femmes a-t-elle véritablement sa raison d’être? Les femmes peuvent-elles véritablement participer au développement économique de leur pays par leur gouvernance? Les hommes peuvent il à eux seuls assumer cette responsabilité ? Des décennies de recherches nous convainc que renforcer la capacité de la femme est indispensable pour le développement économique de toute nation. Le dicton ne nous dit-il pas que: « ce que femme veut Dieu le veut ».

In Burkina, where society is very hierarchical and patriarchal, women’s involvement in governance and leadership is a major step towards achieving further female influence and involvement in decisions. Research often highlights that greater participation of women in society, business and government leads to higher rates of success and economic development for the whole country. A study by Farzaneh and Valentine (2003) revealed that the improved level of education for women increased the level of fertility, the knowledge of the population and the decrease in child mortality. It also states that girl’s education is associated with women’s employment and financial contribution to the family and nation. A further benefit is the improved nutrition and education of children. Educated women are also shown to be more politically active and are more aware and eager to advocate for their human rights. Countries like Burkina Faso and Loumbila, the community we work in, will benefit greatly and be improved by the increased governance of women. A common Burkinabe saying is: “the will of women is the will of God”. Hopefully in future the will and voices of women will have a bigger role in the decisions of both Burkina and the UK.

En effet les pays dits développés aujourd’hui le sont grâce au renforcement de la capacité de la femme. Une étude menée par Farzaneh and valentine en 2003 révèlent que lorsque le niveau d’éducation de la femme augmente, la fertilité, la croissance de la population, la mortalité des enfants ainsi que la santé de la famille s’améliorent. La même étude précise que l’éducation des filles est associée à une participation des femmes au marché du travail ainsi qu’à leur contribution dans le revenu familial et national. Ceci entraine une bonne nutrition des enfants ainsi qu’une hausse de leurs éducations. Les femmes éduquées sont politiquement plus actives et connaissent mieux leurs droits et savent les défendre. Tout ceci pour dire que la femme représente le développement et que les hommes ne peuvent pas gouverner sans elles, les pays comme le Burkina et précisément la communauté de Loumbila gagnerait donc en augmentant davantage la gouvernance des femmes. Même si quelques progrès ont été réalisés jusque-là, ceux-ci restent insuffisants et nous interpellent à considérer leur degré de gouvernance. Nous les volontaires britanniques et nationaux sommes allés poser des questions aux femmes de Loumbila pour comprendre leurs attentes durant ce jour symbolique de 8 mars.

To understand what International Women’s Day means to the women of Burkina we, the Burkinabé and British volunteers, asked the women in our host families of Loumbila questions about their expectations for the day.  

Host mother and sisters of Bruno and Joel


Voici les questions que nous avons posées et les réponses que nous avons obtenues :
Q1: Comment comptez-vous célébrer la journée internationale de la femme? How are you celebrating Women's day?

A : Les hommes vont préparer durant ce jour pour leurs femmes : des frites, le poisson, etc. Nous allons consommer l’alcool avec modération.

The men are going to prepare throughout the day for their women: the chips, fish, etc. We are going to drink alcohol in moderation. It is normally a big party with friends.

Q2: Qu’est-ce que vous aimez plus durant la journée internationale de la femme? What do you like the most about International Women’s day?

A : Nous aimons discuter de l’émancipation de la femme entre femmes. La joie des femmes de s’épanouir avec leurs familles pendant cette journée. Nous aimions danser ensemble et voir certains hommes partir faire le marché afin de préparer pour les femmes. Ceci est très amusant.

We like to discuss about the emancipation of women. We like to see the women’s joy blossom with the families throughout the day. We like to dance together and see some men go to the market and prepare the meal for the women. This is very funny.

Q3: Qu’elle est la signification de la journée internationale de la femme selon vous? What is the significance of International Women’s day according to you?

A : C’est un jour choisi pour parler de la vie de la femme et tout ce que l’on peut faire pour améliorer leur vie, un jour ou la femme peut s’exprimer aisément. C’est une journée de réflexion pour les femmes afin de prendre en mains leur avenir. Les femmes sont valorisées durant ce jour et elles ont plus de confiance pour s’autonomiser, entreprendre er vivre heureux.


It is a day chosen to discuss about the lives of women and everything we can do to improve their lives. It is a day where women can express themselves freely and a day of reflection for women to take control of their future. Women are valued on this day and they have more confidence in their autonomy, business ventures and their pursuit of happiness.

 Q4: Quels changements pour les femmes du Burkina Faso aimeriez-vous voir dans l’avenir ? What are the changes for women that you would like to see in the future in Burkina Faso?

A : Les femmes doivent avoir la liberté d’expression, et leurs paroles doivent avoir plus de valeurs. Elles ne doivent pas avoir peur des conséquences qui résulteraient de leurs expressions. De plus les femmes diplômées doivent être autorisées à travailler par certains hommes, et avoir une autonomie financière.

Women must have the freedom to express themselves and their voice needs to be valued. They should not experience negative consequences for expressing themselves freely. Educated women should be authorised to work by the men in their life and have financial autonomy.

 Q5: Quels rôles les hommes peuvent-ils jouer pour réaliser ces changements? What is the role of men in seeing these changes realised?

A : Les hommes doivent être patients et compréhensifs, ils doivent se mettre à leur place et se poser des questions. Ils doivent aussi changer la manière dont ils perçoivent les femmes. Par exemple certains hommes pensent que la femme diplômée a tendance à commander son mari. Il faut donner la « liberté » aux femmes, Ils ne doivent pas tout interdire. Par exemple certains hommes refusent même de laisser leurs femmes aller faire le marché. Les hommes doivent accompagnement, comprendre er soutenir leurs femmes pour leur épanouissement. 


Men need to be patient and understanding, the need to stay in their place and ask themselves the question. They must also change the way they perceive women. For example, some men think that educated women have a tendency to be bossy with their husbands. Men must give freedom to women and not forbid them from doing things. For example, some men refuse to let their wives go to the market. The men must accompany them, understand them and support women in their flourishing.

Q6: Comment est-ce que le statut de la femme a changé au Burkina Faso pendant votre vie? How has the status of women in Burkina Faso changed during your life time?

A : Les avis sont partagés, certaines femmes pensent qu’il n’y a pas de changement dans leur vie à Loumbila, tandis que d’autres affirment que le rôle des femmes a beaucoup changé et nombreuses sont celles qui ont acquises leurs autonomies et leurs perceptions de la société à un peu changé. Par exemple dans le passé la femme n’avait pas son mot à dire dans les prises de décisions, mais maintenant elles sont plus incluses. 

The shared opinion is that the women think there has not been a change in their lives here in Loumbila. While some women agree that the role of women has changed a lot, with many saying they have acquired a new level of autonomy and that society’s perception of women has changed a bit. For example, in the past women didn’t have a voice in making decisions, but now they are more included.

Q7: Comment est-ce que vous pensez que les hommes perçoivent les femmes? How do you think men perceive women in Burkina Faso?

A : Les hommes ne respectent pas les femmes et nous considèrent comme des enfants, souvent moins qu’eux. Par exemple les hommes ne demandent pas la permission avant de sortir tandis que les femmes n’ont pas ce droit.  Certains hommes ne comprennent pas les femmes et pensent que ces dernières feront du libertinage et tomberont dans la tromperie et l’infidélité.


Men do not respect women and consider women as children and often less than them. For example, men do not have to ask for permission to leave the house while women do not have that right. Some men do not understand women and think that they are careless and sometimes promiscuous.


Q8: Quel changement souhaiteriez-vous pour les femmes dans le futur? What changes would you like to see for women in future?

A : Nous aimerions changer les mentalités relatives à l’éducation de la fille pour que l’on sache que la femme peut apporter plein de choses positives au développement. Nous aimerions trouver une autre manière de punir les enfants au lieu de les frapper quand ils désobéissent. 

We would like to see the mentality change in relation to girl’s education and that society should know that women can bring many positive things to the development of the country. We would also like to find another way to punish children instead of beating them when they are disobedient.
  
Q9: Est-ce que vous pensez que les hommes dans votre famille vous soutiennent dans votre participation à la journée internationale de la femme? Do you think men support your participation in IWD?

A : Les hommes nous soutiennent durant ce seul jour de l’année, par exemple ils lavent les enfants, font le nettoyage, vont au marché, partent chercher de l’eau, nous encouragent psychologiquement, nous donnent des cadeaux et participe aux activités festives.

The men can be split into two groups. There are those who support their wives and wish their wives a happy women's day. Some even wash the children, do the washing, go to market, collect the water and participate in the day’s festivities. Then there are some men who don't understand anything about women's day and it can cause arguments and some men will forbid their wives from wearing the women's day fabric.

Host mother of Helena and Odilon


Based on these conversations with women in our host homes, below are some suggestions on ways to improve the situation for women in Burkina Faso:
Les suggestions en vue d’améliorer la condition des femmes au Burkina Faso :

-Increased access and quality of education for women- fee’s/scholarships/compulsory
Augmenter l’accès et la qualité à l’éducation des femmes (gratuité des frais de scolarités, donner plus de bourses d’études)
-Protections under law in regard to gender based violence and marital rights (forced marriage).
Promulguer des lois relatives à la violence du genre et des droits matrimoniaux (mariage forcé)
-Cultural attitude change in law enforcement and rape trials (dismissive and distrust in comparison to men.)
Renforcer les lois relatives au changement d’attitude culturelle et aux tentatives de viols (le jugement des femmes est moins considéré comparativement aux hommes)
-Give more responsibility to women in governance.
Donner plus de responsabilités aux femmes dans le gouvernement.
-Increased employability of women.
-Rehausser l’employabilite des femmes.

Wednesday, 28 February 2018

Involving Loumbila community / Inplication de la population de Loumbila






                                    Involving Loumbila community / Inplication de la population de Loumbila

Hello it is Aaron and Cruz and we are happy to present you our Blog
Ø  Awareness raising /Sensibilisation

Our first project that we successfully completed this week was the night projection on Sunday 18th February 2018 in the football pitch near the market of Nomgana.
The team introducing ourselves.
For the night projection we managed to get the community involved by playing music videos through a loud speaker. Once we had reached a crowd of nearly  150 people we started the projection, which was about unplanned pregnancy for school children. In the middle of the projection we paused the film and had a discussion with everyone there.  We asked about their knowledge on sexual health, gave them advice and then asked what they thought of the projection so far. We did the discussion in French and Moore to reach everyone in the crowd with the help of Mr Compore Noufou, who works for one of the local schools(Collège Privé Espoir) and has many experiences concerning this kind of activity because he already did it with the previous cohort. At the end of the activity the number of the people who attended was 206 and displayed their enthusiasm by cheers and questions during the discussion. This convinced us that the message was successfully communicated. Students from Lycée Départemental de Loumbila asked to us to project the same film during again. This is a really good opportunity to impact the people again which will hopefully be another success that we will share with you soon.


The night projection
Notre première activité accomplie qui a été d’un grand succès fut la projection du dimanche 18 février 2018, dans le terrain de Nomgana à côté du marché. Pour cette projection nous  avons attiré la population en commençant tout d’abord par passer des clips vidéo  à travers une sonorisation efficace. Quand le nombre de la foule avoisinait 200 personnes nous nous sommes hâtés de commencer  la séance. Le film projeté abordait le thème des grossesses non désirés ainsi que les harcèlements sexuels en milieu scolaire. A la moitié et à la fin du film nous avons organisé une séance d’échange avec le public pour connaitre leur connaissance sur la santé sexuelle et en même temps leurs prodiguer des conseils. Pour que tout le monde ai son compte, la discussion a été faite en français et en mooré avec l’aide de M.COMPAORE Noufou qui est éducateur dans une des Ecole de la place (Collège Privé Espoir) et aguerri dans ce genre d’activité car ayant déjà fait une sensibilisation avec la cohorte précédente. 
A la fin de la projection nous avons pu compter au total  206 personnes qui au cours de la  séance manifestèrent leur enthousiasme par des cris et par des questions et réponses lors des échanges.  Ce qui nous a convaincu que notre message a été bien véhiculé d’où l’intérêt manifesté par d’autres personnes de projeter le même film durant la journée traditionnel du lycée départemental de Loumbila. Cette rencontre fructueuse nous a ouvert de grandes portes pour impacter encore notre communauté, dont nous vous promettons sera encore un autre succès que nous vous relaterons très bientôt.
                
                                           


Great turnout at market event
Our next event was a community awareness raising concerning the environment at the Nomgana market on the 23rd February 2018. This has been our most successful event so far reaching over 500 people. We set off around 7:30 setting up the tents, speakers and chairs. Similar to the previous event we played music at the start and showed the community the maccarena dance which is a popular song and dance in the UK. This brought in vast amounts of people. Then we got down to the serious stuff, after introducing ourselves to everyone we began the discussion about climate change in Burkina Faso. We talked about the causes of climate change, the effects of climate change and how it effects everyone in Loumbila. We then moved on to the topic of how to prevent this from continuing. We enforced this with a theatre production from one of the local school groups. This brought lots of laughter from the crowd, but also displayed the seriousness of the situation. Following on from the discussion, we had a small break which involved a dance competition from the children, this brought in even more people to the event. The final part of the event was us showing the people of Loumbila a practical way to recycle used water sachets. We started of showing them a demonstration on how to make a net out of the sachets and then allowed them to have a shot of doing it for themselves, this lasted around 45 minutes and all the children had great fun joining in.
                                                                                                                                
Notre deuxième activité de grandes envergures fut la sensibilisation relative à l’environnement au marché de Nomgana le vendredi 23 février 2018. Celle-ci jusque-là fut notre plus grand succès avec plus de 500 personnes atteintes.  

 L’activité a commencé aux alentours de 7h30 avec l’installation des tentes des baffles et des chaises. Tout comme l’activité précédente nous avons attiré la foule par la music et aussi en les montrant le Macarena (Une musique et dance populaire britannique) pour détendre l’atmosphère et faire régner une ambiance favorable au message que nous souhaiterons passer aussi dans l’intérêt d’attirer un vaste auditoire. 
Inside the tent
Ainsi nous avons débuté la sensibilisation a proprement dite  avec une discussion sur le changement climatique au Burkina après s’être présenté. Nous avons parlé des causes du changement climatique, les effets du changement climatique et comment cela affecte tout un chacun à LOUMBILA. 
Theater group performing
Ensuite nous avons discuté de comment s’impliquer totalement pour prévenir le changement climatique. Nos conseils ont étés renforcés par un sketch effectué par un groupe d’élève (« rata malgré », nous voulons un changement positif).




Bien que divertissant  et amusant ce sketch a mis en évidence l’aspect sérieux de la situation, c’est-à-dire le jet des déchets et plus précisément des sachets plastiques qui polluent l’environnement dont nous dépendons. 

Theater group

Ainsi que leur utilité, par exemple, on peut fabriquer des filets de volley, de volley-ball, 
des portes clés, des porte-monnaie etc. Apres cella nous avons fait une pause durant laquelle un concours de danse fut organisé avec les enfants. La dernière partie de l’activité à consister à expliquer tout d’abord à la population comment recycler les sachets plastiques et plus précisément comment fabriquer un filet à base de sachets plastique.




Having discussion about environment
 Nous avons montré l’exemple à travers une démonstration durant 45min puis nous les avons conviés à le faire eux même et c’était vraiment instructif. 





                                        
Teaching the community how to make the net out of used water sachets

Tout ceci pour les inciter à changer de comportement, lorsqu’ils comprendront par eux-mêmes comment on peut valoriser ces sachets et toute l’importance de garder notre environnement propre. Cet évènement fut un succès dans la mesure où la population elle-même a pu fabriquer un filet à base de sachets plastiques. 




Issouf teaching the children.

The past couple of weeks have been a great success reaching and involving lots of people in the Loumbila community. We will continue to do similar events over the next couple of weeks with another market event happening in conjunction with International Womens Day. As a team we are maintaining our positive relationship with eachother, AML and with the local community.

Les semaines passées ont été très riches car elles ont permis notre intégration totale dans la communauté de Loumbila. Dans les semaines à venir nous ferons des activités similaires telles que une sensibilisation au marcher en lien avec la Journée International de la Femme. Telle une équipe nous maintenons de bonne relation entre nous, AML et avec la communauté locale.



Monday, 12 February 2018

Petit à petit l'oiseau fait son nid (Rome wasn't built in a day)

Meet Samira and Hannah
Cela fait maintenant quatre (04) semaines que notre merveilleuse équipe est présente à Loumbila pour servir cette communauté. Les deux dernières semaines furent chargées parce que nous avons commencé à mettre en application ce que nous avions planifié. Nous avons commencé les cours d’Anglais et d’informatique avec le staff d’AML ainsi que la communauté de Loumbila, qui est désormais devenu notre communauté. Nous avions aussi mené des séances de sensibilisation et de coaching en sport. Cette semaine c’est Hannah et Samira qui ont l’immense plaisir de vous présenter le blog. Nous habitons toutes les deux avec la merveilleuse famille Tapsoba et leurs nombreux animaux mais certains nous gardent éveillés toute la nuit par leurs cris. Depuis notre arrivé, deux des moutons ont mis bas de jolis agneaux. Nous avons célébré aussi avec notre famille d’accueil l’anniversaire de leur fille. 

We had lots of food for our host sister's party
Our wonderful team have been in Loumbila for just over 4 weeks now and the last two weeks have been a whirlwind as we’ve begun to put all of our planning and preparation into action. We have begun English and IT lessons with both the staff of AML and the wider community. We have also travelled to local schools to run awareness raising sessions and sports training. This week’s blog is brought to you by Samira and Hannah. We both live with the Tapsoba family and their many animals (some of which often keep us up at night!). Two of the sheep have given birth since we’ve arrived and the kids are very cute. We also had a family birthday this week as we celebrated our host sister turning 6!

Hannah est la responsable du volet sensibilisation. Nous avons jusque-là enregistré 12 séances de sensibilisation dans les lycées Espoir et Départemental et nous avons atteint environ 250/400 élèves ce qui est plus que la moitié. Les principaux thèmes que nous avons abordés sont la nutrition, l’hygiène et la sante sexuelle qui sont des thèmes importants que les élèves ont eux-mêmes choisis. Pendant les séances de sensibilisation sur la santé sexuelle nous avons parfois remarqué des sentiments de gêne et de honte parmi les élèves mais relevé aussi des problèmes tels que l’ignorance des méthodes contraceptives, le consentement avant l’acte sexuel et les mutilations génitales féminines (MGF). Plus de 80% des femmes au Burkina Faso ont expérimenté une mutilation génitale féminine et presque un quart des filles Burkinabè dont l’âge est compris entre 15 et 19 ans étaient enceintes ou ont déjà eu un enfant d’où l’importance de ces thèmes qui sont souvent difficiles à présenter. Dans certaines séances relatives à la sante sexuelle, nous avons divisé la classe en deux; les filles d’un côté, les garçons de l’autre pour permettre à chacun de s’exprimer aisément. Nous ne nous sommes pas seulement contentés de les sensibiliser mais aussi avons-nous distribué des bonbons pour rendre la séance interactive.


Hannah is responsible for the awareness raising sessions. We have run 12 awareness raising sessions in local schools so far, reaching around 250 students. The sessions have addressed the topics of nutrition, sanitation and sexual health. The sexual health sessions prompted a lot of giggles and shyness, but raised the important issues of contraception, consent and female genital mutilation. Over 80% of women in Burkina Faso are victims FGM and almost a quarter of Burkinabé girls between 15-19 yrs are pregnant or already have a child. Therefore, the topics, though sometimes difficult to present, are very important to address. In several sessions we split the boys and girls up so that they would feel more comfortable asking questions and we motivated their interaction with sweets.

Samira et Helena sont toutes deux responsables des cours d’Anglais. Jusque-là nous avons organisé cinq (05) séances de cours d’Anglais, une (01) pour le staff d’AML et quatre (04) pour la communauté de Loumbila avec environ seize (16) élèves par séance sur environ 12 séances que nous comptons mener. A la première séance nous leur avons demandé ce qu’ils aimeraient apprendre en
Anglais et ils ont tous souhaité parler couramment Anglais. Ceci nous a permis de nous baser sur des s’amusent bien en apprenant parce qu’à chaque fin de séance nous leurs avons appris une chanson en Anglais avec la traduction en Français. Nous avons aussi fait des energizers à la fin de chaque session pour les permettre de se détendre et leurs préférés sont le « zip zap boing » et « le splat ».

Samira and Helena are responsible for the English lessons. We have run 5 English lessons: one for the staff of AML and 4 for the community of Loumbila which were attended by an average of 16 students. At the first lesson we asked the students what they wanted to learn at the lessons. Following this, our lessons addressed pronunciation, conjugations, vocabulary and discussion in all these areas. The students especially enjoyed the end of every lesson where we would translate song lyrics and sing with them. This would be followed by a game like “zip zap boing” or “splat”. 

Concernant nos activités avec la communauté, nous avons visité le site de compostage pour apprendre davantage sur comment faire du compost. Nous avons aussi fait une enquête au marché pour mieux comprendre les attitudes vis à vis des contraceptions, des grossesses précoces et les MGF. Nous avons également planté des arbres à l’ occasion de l’anniversaire d’AML. Cela s’est vite transformé en terrain de chasse avec les chèvres qui savouraient les feuilles de nos arbres avec un tel appétit. Nous avons aussi appris avec Kabeela (Association partenaire avec International Citizen Service) à fabriquer des filets de football à partir des sachets d’eau.

Alongside our community outreach we have also conducted our own research to direct our action and that of future cohorts. We have visited a compost making site to learn about the process of making compost and also completed a questionnaire survey in the market to better understand attitudes towards contraception, early pregnancy and FGM. We have also planted mango and apple trees to celebrate AML’s birthday which has begun an ongoing battle to protect them from hungry goats! We also had a visit from Kabeela (another organisation partnered with International Service), where we were taught how to make nets out of the numerous water sachets we have in the office.
Celebrating Issouf's birthday

Pendant nos temps libres nous avons célébré les anniversaires de Issouf et de Mo. Nous avons aussi organisé un picnique et sommes allé faire des achats presqu’à chaque jour de marché. Cela nous garde en pleine forme, nous permet de renforcer nos relations et de demeurer motivé pour la suite de nos activités.
It’s not all work though and in our down time we have been able to celebrate Issouf and Mo’s birthdays, have a picnic and go for frequent visits to the market to buy fabrics, and snacks. This leaves us well rested and motivated for the work ahead and brings our team ever closer together! 


Monday, 29 January 2018

Siingree (Debut/Beginning)

Image 1: AML volunteer team
Image 1: AML volunteer team.
Loumbila: a small village with a big personality, and a place to which we now call home. Situated approximately 20 km north of Ouagadougou, it is the home of our project partner, the AML (Association Manegdbzanga de Loumbila) where our volunteer team works (image 1), which aims to improve the livelihoods of farmers in the locality through language and I.T. lessons, enterprise, efficient farming techniques and awareness raising. 

The past two weeks have been marked by intensive essential  training and two birthday celebrations which bonded us as a team and facilitated our integration. So welcome to the ICS team and AML blog post, this week, written by Mohammad and Issouf. The first few days in Loumbila involved mandatory introductions with AML personnel and planning the activities of the next 10 weeks. 

Loumbila, est un petit village représenté par une grande personnalité que nous appellerons désormais notre maison. Il est situé à environ 20km de Ouagadougou côté Nord. En ce lieu s’y trouve un des partenaires du programme ICS appelé Association Manegdbzanga de Loumbila (AML). L’objectif de cette association est d’améliorer les conditions de vie des fermiers à travers l’alphabétisation, le soutien en entreprenariat et des formations en nouvelles techniques de culture, des campagnes de sensibilisation. Les deux premières semaines ont été marquées par une formation essentielle et intensive ainsi que par une célébration de deux anniversaires qui nous ont soudés en tant qu’équipe tout en facilitant notre intégration. Sur ce, bienvenu sur le blog post de l’équipe d’AML écrit par  (image 1) Mohammad et Issouf comme rapporteurs.

Dès notre arrivée à Loumbila nous avons rencontré le personnel de AML enfin de nous imprégner de leurs attentes relatives aux activités que nous pourrons mener pour la communauté de Loumbila. Ces informations nous ont permis de dresser le plan de ce que nous comptons mener les 10 prochaines semaines.

On arrival to our host family we received nothing short of a warm welcome, our Yaba (grandma) greeted us with a massive hug which made us feel at home immediately. Our host family, are in the most rural part of town, and hence there is a large family and community vibe, which allowed us to integrate well into the community.

Dès notre arrivée dans notre famille d’accueil, nous avons été chaleureusement accueillis. Notre Yaba (Grand-mère) nous a fait nous sentir comme chez nous. Notre famille d’accueil vit dans la zone rurale de Loumbila et compte plusieurs membres. Ces membres nous ont aidé à nous intégrer dans la communauté.

The job of Yaba’s daughter-in-law includes selling oranges at the local market, and Yaba herself makes and sells tobacco. The process is energy intensive as we both saw when we volunteered to take over at the pestle and mortar, crushing tobacco leaves into a fine powder. Helping our host family is very important and hence, when we saw one of the host father’s making a chicken coop, we got stuck in (image 2).


Image 2: Helpimg to make chicken coop.
Le travail de la belle fille de Yaba est la vente d’oranges au marché et Yaba fabrique et vend du tabac. Le processus de fabrication du tabac demande beaucoup d’efforts physiques. Nous nous en sommes aperçus lorsque nous avons aidé Yaba à piler les feuilles de tabac pour obtenir de la poudre. Aider les membres de nos familles d’accueil nous tient à cœur comme en témoigne l’image 2 ou nous aidons le père d’une famille d’accueil à mettre le toit de son poulailler.
We had the opportunity to visit some local 

farmers, where we were fortunate to pick some produce as it was harvest season. The tomatoes had been naturally fertilised, without any sort of chemicals and hence the produce was fresh and fragrant (Image 4). The carrot farmers were impressed that we were interested in their work and hence gave us some of their crop as a parting present (image 3). 

Image 3: Our visit to the local carrot
farm . (Issouf and Samiratou)
Image 4: Fresh tomatoes at local farm.
Nous avons eu l’opportunité de visiter des fermes locales ou nous avions eu la chance de récolter des tomates bio (image 4). Nous nous sommes intéressés aux producteurs de carottes qui nous en ont offerts en guise de cadeau (image 3). Ce qui était intéressant à voir est le fait que les fermiers Burkinabès travaillent avec enthousiasme et beaucoup d’intégrité.

Later the same evening we celebrated Issouf’s birthday, true Burkina style. With fresh produce in one hand and the collaboration between ourselves we set off to make this a memorable night. We tucked in later that night to barbequed carp and traditional beef skewers (image 5).

Image 5: Preparing Issouf's birthday meal.
Plus tard dans la même soirée nous avions célébré l’anniversaire de Issouf dans un style Burkinabè. Dans l’unité nous avons passé une soirée memorable. Nous avons fait un barbecue de poisson carpe et de brochettes traditionnelles (image 5).

Later that week we had the oppurtunity to meet the mayor and the traditional local chief (image 6) to discuss AML and the overall aims of our placement. It was a very stimulating conversation in which both the mayor and the team agreed that awareness raising in teenage pregnancies as well as encouragement of sports should be prioritised. A close partnership between the mayor’s office and AML will be vital in order for our project to be successful. The traditional chief hopes to appear at the grand reopening of the AML boutique.
Image 6: Meeting with Nomgana's local traditional chief.
Nous avons pu rencontrer le maire et le chef traditionnel de Nomgana (image 6) qui nous ont prodigués des conseils et nous ont encouragé à organiser des activités de  sensibilisations dans la communauté sur les thématiques relatifs aux grossesses en milieu scolaire et  l’incivisme. Ainsi que d’organiser des activités sportives gage de cohesion sociale.
On Friday 26th of January, we decided to dig the holes for 10 trees in order to commerorate the birthday of AML. The organisation will turn 27 years old on the 5th of Februrary. The task seemed simple, but  it was not, with the hard ground it required the blood, sweat and tears of our team in order to dig these 50x50cm holes (Image 7). The dedication shown by the Burkinabe in-country volunteers spurred the British volunteers to carry on in order to get the job finished.

Image 7: Volunteers in action digging holes for the trees.
 Le vendredi 26 Janvier, nous avions creusé 10 trous (image7) en vue de planter 10 arbres fruitiers dans la cour de AML le 5 fevrier àl’occasion de la célébration des 27 ans de AML.

 Our team has clearly bonded well, despite cultural differences. The sharing of culture has been an important aspect, and has allowed us to thrive as a team (Image 8). As it was Mohammad’s birthday we finished the day off by pouring a bucket of old water all over him.

Image 8: Culture mixture.
Notre équipe s’est soudée malgré nos differences culturelles. L’échange culturel a été un aspect important de notre intégration et nous a permis de travailler en équipe (image 8). Comme c’etait l’anniversaire de Mohammad nous l’avons arrosé d’un seau d’eau pour terminer la journée en beauté.


x